Ubu Roi au théâtre le 5 Avril La Criée

Conception et mise en scène Declan Donnellan, Scénographie Nick Ormerod.

Challenge relevé pour l’équipe Proximed Roy d’Espagne ! Nous avons réussi à convaincre nos élèves d’aller voir la pièce UBU ROI juste après le voyage à Paris ! 4 élèves présents accompagnés de 3 tuteurs et cela n’a pas du tout enlevé de  charme à cette pièce originale mise en scène par l’anglais Declan Donnellan.

En effet, la pièce a commencé en douceur, dans un décor moderne, pour une banlieue américaine. Lors de la 1ère scène, un couple et leur fils se préparent à accueillir des invités. Le père cuisine et la mère met la table, le fils filme la maison à l’aide de sa caméra, l’écran apparaissant devant nous. La scène était déjà drôle, surtout lorsque nous voyons ce que filmait l’acteur (des détails incongrus comme la fond d’une poubelle ou des tâches sur les murs).

Puis, après cette période douce, la pièce prend une toute autre ampleur. Chaque personnage révèle une toute autre personnalité, que l’on peut désormais associer aux personnages d’UBU roi, sa femme, le roi de Pologne. C’est donc un enchainement de scènes, où les acteurs sont en furie et incarnent les personnages de la vraie histoire, puis les personnages dans la vie d’aujourd’hui pendant une heure trente: UBU roi va tout faire pour tuer le Roi de Pologne (initialement un invité) et le détrôner, mais aussi tuer sa femme et recréer sa propre organisation. Sa femme veut l’aider, mais on s’apercevra ensuite qu’elle retournera sa veste pour récupérer le plus d’argent possible.


Toute l’absurdité de l’intrigue est régulièrement filmée par le fils (avec la caméra) étant l’initiateur de toutes ces scènes de folie et continuant à les filmer.


Declan Donnellan arrive à mêler ironie, tragique et comique pour une pièce au registre absurde. On retrouve cette absurdité dans chaque détail : les acteurs se battent parfois avec des mixeurs ou des brosses, du ketchup est utilisé pour représenter le sang et enfin des bruitages d’agonie sont utilisés dans la cuisine pour simuler l’extermination des nobles par Ubu Roi. L’association d’un décor du 21ème siècle avec un discours de 1896 a donné un cocktail étonnant et le public n’a cessé de rire pendant la pièce.

Enfin c’est la prestation des acteurs qui nous le plus impressionné. Chacun avait sa double personnalité et enchainait des discours longs, périlleux.

C’est donc un pari gagnant pour les élèves qui ont plutôt apprécié  la pièce malgré une bizarrerie, malgré la barrière du registre absurde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *